Anky ou la fuite
opéra du désordre

de Christian Lapointe

une création du Théâtre Péril, en résidence à la salle Jean-Claude-Germain

Salle Jean-Claude-Germain

du 10 au 28 février 2009


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Combien de voix intérieures possède un individu? Combien en faut-il pour faire une personne à part entière, un être humain complet, complexe, luttant de son mieux pour trouver en lui-même une certaine unanimité? Dans le tumulte de questions soulevées par le monde déshumanisé dans lequel nous vivons, Anky voudrait mettre ses pensées au diapason, faire chanter en chœur des sentiments contradictoires. Tirer une certaine harmonie de son désordre le plus intime.

Trois comédiens, deux hommes et une femme incarnent les multiples voix de ce personnage tourmenté, livrant un texte poétique qui a tout de la partition musicale : mouvements, tempo, accords. En écrivant cette pièce, Christian Lapointe a voulu poursuivre l’exploration des chaos de notre époque qu’il avait amorcée avec C.H.S..

texte et mise en scène Christian Lapointe interprétation Sylvio-Manuel Arriola, Maryse Lapierre, Jocelyn Pelletier assistance à la mise en scène et aux conceptions Adèle Saint-Amand

texte et mise en scène

Christian Lapointe

interprétation

Sylvio-Manuel Arriola

interprétation

Maryse Lapierre

interprétation

Jocelyn Pelletier

J’ai eu envie de travailler à une parole musicale, poétique, me souciant moins de l’aspect situationnel du théâtre conventionnel. J’avais envie d’une poésie que l’on dit comme un chant pour dépeindre ce monde trouble que nous faisons nôtre. Nous avons voulu déreconstruire, c’est-à-dire partir d’une image et en faire une autre sans avoir à ajouter quoi que ce soit. Il s’agit de partir d’un point A (qui pourrait tout aussi bien être Z ou R) et de nous rendre à un autre point juste en dépouillant le point A. Mon exemple favori pour expliquer le phénomène de déreconstruction, ce sont les Twin Towers : elles ont été complètement soufflées puis, sans qu’on reconstruise quoi que ce soit, on a donné un nom au vide qui restait et il est devenu un symbole encore plus fort : Ground Zero!

Christian Lapointe

« On aura compris qu'il s'agit d'un spectacle poétique, d'un symbolisme à bien des égards apocalyptique, teinté du même romantisme noir qui a donné naissance à l'expressionnisme. … Amateur de contradictions et d'oxymores, Lapointe crée bon nombre d'images insolites, tant auditives que graphiques.»
Hervé Guay, Le Devoir

« Il s’agit bien là d’un monstre, par sa singularité, son intensité, son exigence; par son texte éclaté, dense, son refus de toute concession narrative; par son traitement, visuellement magnifique, et sur le plan sonore, souvent déroutant, agressant, même, entre voix (intérieures) obsédantes, se taisant parfois brusquement, et stridence du monde extérieur.»
Marie Laliberté, Voir Québec

« Visuellement très pure, Anky ou la fuite / opéra du désordre, est sans compromis et intransigeante. Elle nous rappelle à la nuit Symboliste, à la solitude de l’être confronté au mystère du monde, à son côté préoccupant en l’occurrence.»
Jean Saint-Hilaire, Le Soleil

Fondé en l’an 2000, le Théâtre Péril est une jeune compagnie prenant des risques permettant à de jeunes et moins jeunes professionnels du milieu théâtral d’explorer et d’approfondir des textes denses et des techniques de jeu peu communes. Prisant l’économie de mouvements et une parole simple, il apporte ainsi un art épuré. Se concentrant sur des textes de répertoire ou contemporains comportant tous les éléments édifiants d’un théâtre complet et sur de la création théâtrale solide alliant la tradition et le souffle de jeunesse qui l’anime, il est important, pour le Théâtre Péril, de présenter à son public un théâtre riche et complexe, tant dans la forme que dans le fond, sans être hermétique et élitiste. Il veut sensibiliser le public à la beauté d’un théâtre inusité et rigoureux qui ramène le spectateur à sa condition humaine.
 

THÉÂTROGRAPHIE

  • Trans(e) de Christian Lapointe (2010)
  • Limbes de W. B. Yeats (2009)
  • Anky ou la fuite / opéra du désordre de Christian Lapointe (2008)
  • Vu d’ici de Mathieu Arsenault (2008)
  • Le vol des anges d'après le texte de Luis Thénon (2007)
  • C.H.S. de Christian Lapointe (2006)
  • Axël de Villiers de l’Isle-Adam (2005)
  • Le seuil du palais du roi de W.B. Yeats (2003)
  • Hoi Sinh / Dichotomie (2002)
  • Le chien de Culann de W. B. Yeats (2001)

DURÉE

1 H 00 sans entracte

Production

une création du Théâtre Péril, en résidence à la salle Jean-Claude-Germain