Les baleines

de Jean-Raymond Marcoux

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

du 5 mars au 5 avril 1986
+ 3 supplémentaires les 10, 11 et 12 avril 1986


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Margot Carbonneau, veuve, revit en compagnie de ses « chers disparus » certains événements de sa vie: la mise à la retraite de Roger, son mari, le départ et la séparation de leurs locataires, Bernard et Maria, et d'autres moments plus intimes.

texte Jean-Raymond Marcoux mise en scène Gilbert Lepage interprétation Louise Deschâtelets, Hélène Loiselle, Luc Morissette, Aubert Pallascio assistance à la mise en scène Lucie Juneau scénographie et costumes Michel Crête accessoires Dominique Forest éclairages Claude-André Roy musique Michel Robidoux maquillages Marielle Lavoie coiffures Constant Haute Coiffure

texte

Jean-Raymond Marcoux

mise en scène

Gilbert Lepage

interprétation

Louise Deschâtelets

interprétation

Hélène Loiselle

interprétation

Luc Morissette

interprétation

Aubert Pallascio

Pourquoi écrire un texte comme Les baleines? À première vue, l'on n'en sait trop rien. Une image attachante, évocatrice? Les baleines sont douces, rieuses, « légères », parfois tragiques. On ne peut expliquer ce comportement qui fait que ces mammifères s'échouent volontairement, semble-t-il, pour se laisser mourir... Comme si elles en avaient assez... Et l'on se souvient d'avoir éprouvé cette même tentation, une fois, à la suite d'une profonde déception: d'en finir. De rester là échoué... conscient du fait que « le large » est pourtant bien en vue... Et « ce gout de la vie » quoiqu'amer qui reprend le dessus... Et l'on se traine au large... Fin seul. Et l'on réapprend à nager parce qu'il faut bien continuer le « voyage » si l'on veut devenir « une baleine » douce, rieuse, « légère »... Souhaitant en secret connaitre une autre « saison des amours » parce que c'est tellement beau la saison des amours « entre baleines ».

Jean-Raymond Marcoux

À chaque année, vers la fin de l'été, des milliers de personnes partent en excursion en mer pour observer les baleines. « Une leçon de cohabitation » affichent les promoteurs de ces projets. Et chacun revient satisfait et heureux d'avoir, pendant quelques heures, observé ces cétacés qui reconnaissent l'humain et qui finissent toujours par lui communiquer un peu de paix et d'harmonie. J'espère qu'il en sera de même de ces attachants personnages que nous livrent Jean-Raymond Marcoux, et que ces baleines sauront faire écho chez vous de cet espoir de vie et de bonheur.

Gilbert Lepage

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui