Le cerf-volant

de Pan Bouyoucas

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

Salle principale

du 5 au 28 février 1993


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Depuis trente ans, Dimitri, un épicier d'origine grecque, travaille d'arrache-pied à se bâtir une sécurité. Un jour, il lâche tout et monte sur son toit pour faire voler un cerf-volant. Sa femme le supplie de descendre. Rien à faire. Viennent ensuite son fils, puis son frère, et enfin la locataire québécoise de souche, tannée de se faire marcher sur la tête. Une comédie dramatique sur le Montréal ethnique.

texte Pan Bouyoucas mise en scène Guy Beausoleil interprétation Emmanuel Bilodeau, Jacques Godin, Dominique Quesnel, Michelle Rossignol, Lionel Villeneuve assistance à la mise en scène et régie Ann-Marie Corbeil scénographie Daniel Castonguay costumes François Laplante éclairages Jean-Charles Martel conception sonore Diane Lebœuf maquillages et coiffures Angelo Barsetti

texte

Pan Bouyoucas

mise en scène

Guy Beausoleil

interprétation

Emmanuel Bilodeau

interprétation

Jacques Godin

interprétation

Dominique Quesnel

interprétation

Michelle Rossignol

interprétation

Lionel Villeneuve

« -La langue. Apprenez-la vite, on leur dit aussitôt qu'ils débarquent. Mieux vous la parlerez, mieux on se comprendra. »
Si ça n'était qu'une question de langue...
En fait, combien de langues parle-t-on à Beyrouth ou à Sarajevo?
Je sais qu'entre eux, les Gréco-Québécois de première génération ne parlent que le grec. Vous pensez que derrière leurs murs, c'est tous les jours l'agneau rôti, le retsina et le sirtaki?
Regardez bien, j'en ai fait monter quelques-uns sur leur toit.
Et si, en les regardant, vous ne riez qu'une seule fois parce que vous vous êtes reconnu en l'autre, je remercie une fois encore mes parents d'avoir sacrifié certains de leurs rires pour venir me planter dans cette terre; je remercie leurs ancêtres d'avoir inventé un endroit où, vint-cinq siècles plus tard, on peut encore aborder certaines questions à coups de répliques plutôt qu'à coups de feu; et je remercie et la Rossignol qui m'a inspiré ce cerf-volant et encouragé à mieux le construire, et le Beausoleil qui m'a aidé à le faire voler.

Pan Bouyoucas

Le cerf-volant, c'est un navire, une navette.
Captif, il rassure, n'est qu'une légère carcasse tendue de papier ou d'étoffe.
Mais il lui arrive de s'échapper,
de rompre les amarres, de partir à la dérive.
L'éclair, quelques fois est au rendez-vous.
Alors on pleure le délinquant foudroyé.
Et on sait qu'au bout du fil désintégré
flottait l'étandard inconnu de l'âme.
C'est la crise.
Les crises sont des éveils.
Ce sont les crêtes de l'être.
On envoie paitre la raison.
On devient bête.
On habite l'expérience de l'expérience.
Très risqué ça, de vivre sans carte, à la lueur du sixième sens.
Mais ça délivre de l'absurdité de la logique.
Dans la nuit, vie et mort ont le même visage.
Mais ça sauve de la niaiserie des jours.

Et on lance un autre cerf-volant...

Guy Beausoleil

PUBLICATION

Le cerf-volant
Pan Bouyoucas Trait d’Union
20,00$
Disponible à la bouquinerie

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui