Chpeux pas rester, on m’attend

d'Yves Sauvageau

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

du 20 janvier au 12 février 1977


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Avec comme arrière-plan un souper qui refroidit, un père qui pleure sa maitresse et une mère qui n'arrête pas de l'attendre, le héros de Chpeux pas rester, on m'attend fait le temps d'une vie brève, l'apprentissage du mal de vivre. Des amourettes aux jeux incestueux, jusqu'à la solitude d'une tentative de suicide, en passant par la demande en mariage paysanne et un dépucelage maladroit, Sauvageau traduit sur un mode impressionniste tout le romantisme impénitent des premières amours.

texte Yves Sauvageau adaptation Jean-Claude Germain mise en scène Denis Chouinard interprétation Vincent Bilodeau, Yvon Leroux, Christine Prud'homme, Evelyne Régimbald, Jacques Rossi, Carmen Tremblay scénographie et éclairages Claude-André Roy costumes Yvon Duhaime musique Bruce Murchison

texte

Yves Sauvageau

adaptation

Jean-Claude Germain

mise en scène

Denis Chouinard

interprétation

Vincent Bilodeau

interprétation

Yvon Leroux

interprétation

Christine Prud'homme

interprétation

Evelyne Régimbald

interprétation

Jacques Rossi

interprétation

Carmen Tremblay

Une chronique du mal d'aimer

Poète, mystique, auteur de la pièce-fleuve Wouf-wouf, comédien et membre des Enfants de Chénier où il fut de la création de Si Aurore m'était contée deux fois et de Rodéo et Juliette, Sauvageau qui, à l'âge de 24 ans, disparaissait en octobre 1970, est entré tout vif dans la légende le 3 mars 1969, lors de la lecture publique de sa grande machinerie-revue à la Bibliothèque Nationale – une date qui, à tout point de vue, fut aussi importante dans l'histoire du théâtre québécois que la lecture des Belles-Sœurs un an auparavant au Théâtre d'Aujourd'hui. Sept ans plus tard, sa voix qui annonçait alors un printemps qui se fait attendre et un vent de folie qui tarde à se lever, reste toujours – fut-elle aujourd’hui moins originale – unique. Qu'en est-il cependant du Sauvageau d'avant Wouf-wouf ? En 1966, gagnant du Concours des Jeunes Auteurs de Radio-Canada de l'année précédente avec sa pièce Les enfants, Sauvageau avait déjà dans ses cartons une courte pièce, J'veux pas rentrer chez moi, maman m'attend, et deux ébauches en chantier Papa et Les mûres de Pierre, dont – en y ajoutant une scène (Ti-Jean et Marie) écrite postérieurement, Jean-Claude Germain a tiré une chronique du mal d’aimer qui narre l’éducation sentimentale d’un jeune provincial romantique vers la fin des années 50. Aux prises avec l’ennui et la médiocrité, sur un arrière-fond tantôt rural (le rang de Saint-Joachim), tantôt provincial (la ptite ville plate), Chpeux pas rester, on m’attend va du refus de vieillir au refus de vivre qui pour le poète – toujours en instance de départ – sera un jour définitif.

Album

Publié le 24/01/77

Découvrez l'affiche du spectacle et les photos de l'équipe signées Daniel Kieffer!

Album

Publié le 24/01/77

Plongez-vous dans l'univers du spectacle grâce au programme de soirée! Jean-Claude Germain signe l'adaptation de ce texte d'Yves Sauvageau, génie du théâtre décédé prématurément en 1970 à l'âge de 24 ans. 

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui