Lucidité passagère

de Martin Thibaudeau

une production du Théâtre de la zone grise

Salle Jean-Claude-Germain

du 28 novembre au 15 décembre 2007


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Des gens ordinaires qui mènent une vie normale… Véronique ne cache rien en amour. Mathieu est simplement un peu fatigué. Alex peut s’adapter à tous les genres de femmes. Rémi a un nouveau bureau avec une fenêtre.
Des histoires naissent en parallèle : des couples se rencontrent, d’autres se laissent, des amis se confrontent… Puis, des croisements surviennent, les quêtes s’opposent. Les destins sont liés. Les petits drames de la vie contemporaine côtoient les grands. Sur un ton réaliste, ce ping-pong relationnel, parfois comique, parfois dramatique, est une incursion dans l’intimité de jeunes adultes urbains qui pataugent dans l’incertitude à un moment charnière de leur existence. Tôt ou tard, ce que l’on fuit finit par nous rattraper et la réalité frappe comme un coup de poing sur la gueule.

texte et interprétation Martin Thibaudeau texte Georges Spiridakis mise en scène Patrice Coquereau interprétation Emmanuel Bilodeau, Geneviève Brouillette, Nico Gagnon, Vincent Leclerc, Maxime Morin, Catherine-Anne Toupin, Marie Turgeon assistance à la mise en scène et régie Marie-Andrée Lemire décor Julie Deslauriers costumes Marilyne Garceau éclairages Julie-Anne Parenteau-Comfort musique originale Julien Knafo

texte et interprétation

Martin Thibaudeau

texte

Georges Spiridakis

mise en scène

Patrice Coquereau

interprétation

Emmanuel Bilodeau

interprétation

Geneviève Brouillette

interprétation

Nico Gagnon

interprétation

Vincent Leclerc

interprétation

Maxime Morin

interprétation

Catherine-Anne Toupin

interprétation

Marie Turgeon

« Lucidité passagère de Martin Thibaudeau est une véritable découverte. »
Jade Bérubé, La Presse

« On quitte cette pièce avec une impression assez forte et positive. C'est la manière dont les émotions et les personnages se croisent, s'emboitent, qui forme, d'un tableau à l'autre, une espèce d'évolution, de crescendo et qui donne à l'objet théâtral sa teneur dramatique. […] Le spectacle ne fait pas que bien marcher et faire rire - car sur ces points, c'est réussi du début à la fin; il touche et il remet en cause. »
Stéphane Despatie, Voir

« Patrice Coquereau […] a très bien dirigé les quatre comédiens, tous très justes et touchants. »
Josée Bilodeau, Ici Montréal

« J'ai adoré. [...] Il y a beaucoup d'humour, c'est extrêmement touchant. [...] l'intelligence, la finesse de ce texte fait beaucoup de bien. [...] Les acteurs sont superbes. [...] Allez-y, c'est très bon. »
Louise Forestier, Radio-Canada

« La simplicité de ce bijoux dramaturgique donne de grands frissons, capte l'intérêt à cent milles à l'heure. [...] On embrasse le parfait alliage entre le drame et la comédie, l'amour et la haine, la peur et l'assurance. »
Claudia Larochelle, Le Journal de Montréal

« C'est saisissant! »
Marie-Christine Trottier, Radio-Canada

Il n'y a pas de vérité, il n'y a que des points de vue. Quand le bien et le mal se confondent dans des limbes équivoques. Qui a raison? Qui a tort? Le dilemme éthique. La preuve du drame est dans l'incertitude. Fini le temps des héros et des méchants. De son point de vue, chacun a raison. On aimerait bien, parfois, que tout soit précis, que les réponses soient claires. Le Théâtre de la zone grise, par ses histoires et son théâtre, se veut une célébration de ces ambiguïtés qui nous rendent si humain. Et qui font de si bonnes histoires.

Le Théâtre de la zone grise est une compagnie de théâtre née d’un collectif d’acteurs qui, depuis 2002, produit du théâtre contemporain et réaliste. La compagnie privilégie les créations de textes québécois et canadiens ainsi que les adaptations de textes occidentaux qu’elle juge pertinents ; des textes aux enjeux actuels, des histoires poignantes et touchantes par leur vérité et leur sensibilité. Ses mises en scènes dégagent une certaine simplicité et misent sur la vérité des échanges et la spontanéité du moment. C’est un théâtre qui veut toucher le spectateur, accrocher son intérêt, le faire rire, le faire pleurer, le faire réfléchir avec des histoires captivantes. Le Théâtre de la zone grise veut rejoindre, séduire et ramener au théâtre le spectateur intelligent et exigeant.
 

THÉÂTROGRAPHIE

  • Je ris... moi non plus (2004)
  • Urbanités (2003)
  • Névrose à la carte (2002)

Production

une production du Théâtre de la zone grise