Ma mère chien

de Louise Bombardier

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

Salle principale

du 13 septembre au 8 octobre 2005


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Une chambre d’hôpital, une mère qui s’éteint, une fille qui la veille. Mais y sommes-nous vraiment ? Ne sommes-nous pas plutôt en un lieu indistinct, au cœur du crépuscule, où choses et ombres ne font qu’un ? Car rien ne semble tangible dans cette pièce où l’on passe du présent au passé, de la réalité au rêve puis, du rêve au cauchemar. Avançant lentement sur les eaux sombres des rapports mère-fille, Ma mère chien nous énonce à quel point les liens du sang, que l’on sait parfois difficiles, s’avèrent également intangibles, ambigus et obscurs. Où vont donc les vivants quand leurs proches s’avancent vers la mort ? Au plein centre de leurs craintes et de leurs souvenirs enfouis. Louise Bombardier nous propose ainsi un voyage aux confins de la vie, à l’orée de la mort, où la parole et les gestes se mélangent en une étrange fiction, qui est peut-être réelle.

texte Louise Bombardier mise en scène Wajdi Mouawad interprétation Markita Boies, Anne Caron, Robert Lalonde, Patricia Nolin, Julie Vincent assistance à la mise en scène et régie Alain Roy scénographie et accessoires Guillaume Lord costumes Isabelle Larivière éclairages Éric Champoux conception sonore et régie de son en salle Christelle Franca maquillage et coiffures Angelo Barsetti

texte

Louise Bombardier

mise en scène

Wajdi Mouawad

interprétation

Markita Boies

interprétation

Anne Caron

interprétation

Robert Lalonde

interprétation

Patricia Nolin

interprétation

Julie Vincent

Les trente-six dernières heures de la mort annoncée d’une mère. Mère problématique, emblématique, mythologique.
Sa fille veille, dort et rêve à son chevet. On repousse la mort pour attendre la cadette qui vient de l’étranger.
Les dérives de cette agonie, prolongées en constellations oniriques.
Les Mémoires du Corps. Éros et Thanatos, décadenassées.
Une fille une sœur une mère descendent aux Enfers de l’Intimité éclatée pour remonter à la pointe du triangle d’or à l’entrée du Mystère incandescent de la Mort. Gospel. Jubilation noire.

Louise Bombardier

Depuis la nuit des temps, la mort a hanté passionnément l’esprit des êtres. Cette hantise est source de nos rêves. Le rêve, seul, nous permet de poursuivre un chemin auquel la réalité ne peut pas accéder. Vivre une odyssée, un retour chez soi, par le moyen des songes, pour apporter à notre existence, non pas un sens, mais un semblant de cohérence. Ma mère chien, à travers ce lien brulant entre mère qui meurt et fille écrivaine, trace une ligne organique entre le monde du rêve et de la réalité en donnant, pour une fois, la part belle au rêve.
Mettre en scène la parole d’une autre en étant soi-même auteur est un jeu schizophrénique des plus salutaires. Je est un autre. Ce fut un vertige joyeux et furieux comme un cheval au galop de devenir, pour un temps, Louise Bombardier. Pour cela, je l’en remercie du fond de mon âme.

Wajdi Mouawad

« Il n’y a pas un moment où on doute de ce qu’on nous propose, on est totalement embarqué, on est vraiment pris au cœur par cette histoire et on n’en sort pas tout à fait indemne... »
Catherine Perrin, C’est bien meilleur le matin

« Ma mère chien montre cette force mystérieuse, souterraine, qui régit souvent les rapports mère-fille, comme elle montre la mort. Implacablement. »
Anne-Marie Cloutier, La Presse

« Louise Bombardier livre avec Ma mère chien une pièce pleine de remous, audacieuse et excessive. »
J.P. Angers, Métro

« C’est une pièce exigeante, une pièce crue, une pièce violente, mais qui regarde en pleine face le sujet dont elle traite. »
André Ducharme, Desautels

« Ça vaut effectivement le détour. »
Jacques Bertrand et Louise Forestier, Je l’ai vu à la radio

Critiques

Publié le 18/09/05

Ma mère chien de Louise Bombardier

« Il n’y a pas un moment où on doute de ce qu’on nous propose, on est totalement embarqué, on est vraiment pris au cœur par cette histoire et on n’en sort pas tout à fait indemne... »

Catherine Perrin, C’est bien meilleur le matin
 

Album

Publié le 16/09/05

Voyez toute la fabuleuse distribution du spectacle sous les projecteurs, dans une mise en scène de Wajdi Mouawad! 

Album

Publié le 02/09/05

La comédienne et auteure Louise Bombardier signe ce texte sur les liens du sang qui unissent une mère mourante et sa fille. Ma mère chien explore cette relation avec intelligence et émotion, dans une mise en scène de Wajdi Mouawad qui retrouve ici l'un de ses thèmes de prédilection. 

PUBLICATION

Ma mère chien
Louise Bombardier Lanctôt Éditeur
14,00$
Disponible à la bouquinerie

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui