Le petit univers de R.P.

de Normand Daoust

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

du 18 septembre au 11 octobre 1986
+ 2 supplémentaires le 16 et 17 octobre 1986


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

R.P., c'est Roger Paquette, un gars travaillant et dévoué qui a plein de choses à raconter et qui nous invite dans son petit univers quotidien où les tâches ménagères et les rêves les plus fous s'entremêlent.

texte et interprétation Normand Daoust coordination Francine Noël scénographie et éclairages Michel Demers costumes Suzanne Harel bande sonore Carol Clément maquillages Marielle Lavoie

texte et interprétation

Normand Daoust

coordination

Francine Noël

« Peut-être qu'y a rien, peut-être qu'y a quelque chose... mais si j'y vas pas, j'le saurai pas! »
        - R.P.

C'est un peu dans ce même esprit que j'ai entrepris cette création. Sans savoir où cela me mènerait. Sans savoir ce que j'y trouverais. Inquiet et confiant à la fois. Un premier voyage en zone libre. J'y ai fait la rencontre d'un homme, presqu'aux antipodes de moi-même. Un homme fragile et sensible. Mais surtout un homme blessé. Un enfant abandonné. Ce qui a sauvé R.P. de la tragédie est son humour. La seule façon qu'il ait trouvé de panser ses blessures. Mais l'humour a fait son temps.

R.P. est à un tournant important de sa vie. Il doit faire un choix. Périr ou survivre. R.P. ne veut pas périr. Mais il sait aussi que pour survivre, il devra se débattre. Qu'il risque de donner des coups. Et c'est là où tout se joue. Comment peut-on faire mal quand on a eu déjà si mal? R.P. nage en plein contradiction.

À propos, je vous ai dit que cet homme était aux antipodes de ce que je suis!!!

Normand Daoust

La pièce commence par une visite d'appartement au cours de laquelle aucun détail ne nous est épargné; les choses et les meubles y sont décrits comme dans un catalogue ou une parade de mode. Puis, c'est l'exposition minutieuse et complète de la routine d'une journée de travail dans la vie de Roger Paquette, aide-infirmier. Roger a l'air de se perdre dans les gestes quotidiens et les objets - ceux qu'il possède et ceux qu'il voudrait avoir: il est maniaque, typé, pittoresque, et son rapport au langage est très particulier. On peut craindre un moment qu'il ne se noie dans son discours, mais à mesure qu'il parle, on entre avec lui dans son petit désarroi familier, on descend vers son passé et ses désirs les plus profonds. Ce sont des désirs simples: comme tout le monde, Roger aimerait avoir un espace privé, un appartement à lui, une vie à lui, dégagée des contraintes d'un héritage familial encombrant (le père a fui dans la mort, la mère s'est réfugiée dans la maladie, refrain connu). Comme des milliers d'autres, Roger s'évade à peu de frais: ses phantasmes sont nourris par une certaine culture populaire (soaps télévisés). Mais plus profondément, ce sera en rêve, en retournant dans un rêve récurrent, qu'il trouvera le courage de laisser sa mère sur le rivage et de plonger vers lui-même, de penser un peu à lui, et de s'aimer.

La vie de Roger Paquette n'est pas spécialement drôle - ce serait plutôt une petite vie plate - mais sa façon d'en parler sans jamais se prendre au sérieux et s'apitoyer sur son sort le rend attachant et drôle. Troublant.

Francine Noël

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui