La rupture des eaux

de Maryse Pelletier

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

du 11 janvier au 4 février 1989


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Une femme refuse le support de la médecine pour une naissance qui s'annonce difficile en disant: « Si mon enfant doit venir au monde, le meilleur service que je puisse lui rendre, c'est de ne pas l'aider. » Mais peut-être est-ce elle qui, pour faire plus de place à cet enfant, doit accepter de s'abandonner enfin à la vie.

texte Maryse Pelletier mise en scène Daniel Simard interprétation France Arbour, Eudore Belzile, Bernard Fortin, Sylvie Legault, Rose-Andrée Michaud, Luc Morissette assistance à la mise en scène et régie Roxanne Henry scénographie et costumes José Dupuis éclairages Pierre-Luc Ménard conception sonore Jules Paquin photos et projections Nathalie Castonguay maquillages et coiffures Angelo Barsetti

texte

Maryse Pelletier

mise en scène

Daniel Simard

interprétation

France Arbour

interprétation

Eudore Belzile

interprétation

Bernard Fortin

interprétation

Sylvie Legault

interprétation

Rose-Andrée Michaud

interprétation

Luc Morissette

Nous qui avons choisi la vie personnelle plutôt que la vie collective, l'indépendance plutôt que les obligations, la suprématie de l'homme en l'absence de Dieu, quelle raison trouverons-nous de vivre? Nous sommes confrontés maintenant à des forces profondes que nous pen­sions avoir vaincues à jamais, à l'instinct de survie que nous pensions rationnalisé, à l'émotivité et au désordre mental que nous n'avons voulu reconnaitre que quand ils servaient notre bien-être et notre vision du monde. D'un côté le refus, de l'autre les projets, comme si nous voulions sans cesse rendre la vie plus intéressante que la vie.

Mais nous sommes essoufflés. Bientôt nous posséderons le monde. Qu'en ferons-nous?

J'écris pour les gens de ma génération. Je ne suis pas contre nos choix, je les ai faits aussi. Je me demande simplement où est la vie dans tout ça et quelle place nous faisons à ceux qui nous suivent.

Maryse Pelletier

Au moment d'écrire ces lignes, nous en sommes au quinzième jour de répétitions. En appliquant une simple règle de trois, cela signifie deux mois de gestation. C'est donc un peu tôt pour juger du résultat. Tout ce qu'on peut dire, c'est que l'enfant se développe normalement, qu'il se porte bien et que nous avons tout mis en oeuvre pour faire de ces 58 jours de répétitions une « vraie belle grossesse ».

Mais qu'est-ce qu'une « vraie belle grossesse » face à la vie qui se présente devant vous?

Qu'est-ce qu'une « vraie belle grossesse » face à la famille, à l'éducation, la société?

Qu'est-ce qu'une « vraie belle grossesse » face à l'enfant qui vient de naitre?

Au moment où vous lisez ces lignes, il ne nous reste que quelques instants avant de mettre au monde devant vous.

Finis les raisonnements.
Finies les questions et les angoisses.
Finis le doute et l'incertitude.
Place à l'action!
Place à la vie!

Daniel Simard

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui