Soleil noir

une production de Danse-Théâtre

librement inspiré de la pièce Huis clos de Jean-Paul Sartre

Salle principale

du 21 novembre au 1er décembre 1996


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Au rythme des musiques de plusieurs compositeurs, solos, pas de deux et trios s’entrelacent, déployant en une gestuelle impressionniste les jeux de l’attrait et de la répulsion.

chorégraphie et mise en scène Myriam Naisy interprétation Gioconda Barbuto, Anik Bissonnette, Louis Robitaille interprétation et régie de scène Sophie Bissonnette maitre de ballet Edward Hillyer costumes Richard Brunet éclairages Alain Lortie musique originale et bande sonore Louis Montpetit

chorégraphie et mise en scène

Myriam Naisy

interprétation

Gioconda Barbuto

interprétation

Anik Bissonnette

interprétation

Louis Robitaille

interprétation et régie de scène

Sophie Bissonnette

Un triangle où les angles trop aigus se ressèrent comme un étau. Les pensées bruyantes virevoltent et se percutent dans un crâne, devenu une pièce définitivement trop petite. Et sous ce soleil noir, le rêve assassine et la séduction est un cauchemar. Chacun est exposé, l'oeil lacère et met à nu. De Elle à Lui et de Lui à Elle et l'inséparable Autre qui observe, témoin-bourreau des bribes de cruauté qui transpirent et laissent traces. La pellicule d'un film noir-blanc se dévide sans fin et en vain sur une bobine, carrousel miniature et dérisoire où ces trois petits chevaux ne se rattraperont jamais.

Myriam Naisy

Production

librement inspiré de la pièce Huis clos de Jean-Paul Sartre