Un suaire en saran wrap

de Manon Lussier

une création du Groupe du Square

Salle Jean-Claude-Germain

du 15 septembre au 3 octobre 2009


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Elle nous raconte Ginette, sa mère morte à 64 ans.
Elle nous joue les scènes entourant les préparatifs de la mort.
Elle nous dit ce qui se passait dans sa tête pendant les moments-chocs!

Elle fait un solo autobiographique avec humour et autodérision
en cherchant à comprendre le destin de cette femme. En ouvrant
ses boîtes d’héritage, la fille découvre des coïncidences étonnantes.
Elle recoupe les évènements avec les photos, les dates, les documents
et la voix de sa mère qu’elle a enregistrée sur son dictaphone.

Un suaire en saran wrap raconte les transmissions de mère en fille,
les zones de complicité et de conflit. Il interroge notre rapport à la vie, notre façon de vieillir.
Un spectacle aux accents de gravité qui entrechoque le sacré et le domestique.

texte, mise en scène et interprétation Manon Lussier projections David Jodoin conseiller artistique Jacques Rossi assistance à la mise en scène et régie Karine Bédard décor Geneviève Langlois, Marie-Claude Parenteau-Lebeuf éclairages Mathieu Marcil direction technique et de production Kathleen Gagnon

texte, mise en scène et interprétation

Manon Lussier

Je ne savais pas que cela allait devenir un spectacle; qu’il y aurait dans mes boîtes d’héritage tant de coïncidences.
Je ne savais pas que nous allions faire du théâtre ensemble. Faire du théâtre avec une morte, c’est très inusité.
Six mois avant qu’elle ne meure, j’ai enregistré Ginette sur mon dictaphone aux soins palliatifs.
On ne meurt pas à 64 ans.
On ne fait pas de spectacle avec les cendres de sa mère.
On n’utilise pas sa voix laissée sur la machine.
On ne dévoile pas la vie des morts.
Et pourtant oui! Je sens que cette histoire résonne chez l’autre.
L’autre dans la salle avec qui j’ai envie de rire des moments d’absurdité, avec qui j’ai envie de partager le doute, la dérision, la peur.
L’autre à qui j’ai envie de donner un authentique morceau d’humanité.

Manon Lussier

« C’est le deuil d’une femme dans la quarantaine, qui revisite la mort de sa mère, mais d’une manière poétique, comique, touchante, authentique. C’est très très beau. C’est une création précieuse dans le paysage du théâtre en ce moment.»
Julie Laferrière, Ouvert le samedi 

« Lussier ... is a disarming, generous performer.»
The Gazette

« C’est un investissement. Allez-y, courez-y! »
Désautels, Radio-Canada

« Fabuleux moment de théâtre, sous une impeccable interprétation riche, imagée, sensible, habitée dans l’expression et dans l’espace, ou de rigolade profonde de sens en émotion vibrante, la vie se réconcilie de l’incontournable fatalité du destin »
Yves Rousseau, Le Quatrième

« Un spectacle franc, émouvant et charmant, qui porte certainement à la réflexion personnelle.»
David Lefebvre, Montheatre.qc.ca

Vidéo

Capsule vidéo pour Un suaire en saran wrap

Vidéo

Capsule vidéo pour un suaire en saran wrap 2

Vidéo

Capsule vidéo pour un suaire en saran wrap 3

Extrait

Publié le 23/08/09 Un suaire en saran wrap de Manon Lussier

« Moi, j’essaie d’avoir l’air naturel sur ma petite chaise droite mais ça marche pas. Y’a comme un malaise. Dans un salon funéraire, on dirait qu’il faut que tu sois dans un état. C’est solennel. Il y a du monde mort. Puis, on va mourir. (Temps) C’est étrange quand même magasiner son urne. Il y a toutes sortes de modèles dans le catalogue; des petits carrés explicatifs comme un catalogue Sears, avec les prix, le numéro de commande. Toutes sortes de modèles; des pour aller dehors, sur le buffet, au columbarium, des chers, des moins chers. (Manon jouant Ginette) : «Regarde celle-là, Manon, si elle est belle. Une fleur bleue. C’est délicat. Bleu, c’est ma couleur. Je trouve que cela m’irait bien» Elle a choisi son urne comme on choisit une robe. »

DURÉE

1 h 20 sans entracte

Production

une création du Groupe du Square