Ubu sourd la table
Ubu persiste et signe

adaptation d’Ubu Roi d’Alfred Jarry en théâtre d'objets

une création du Théâtre de la Pire Espèce

Salle Jean-Claude-Germain

du 8 au 26 mai 2007


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

En mai 2003, sous l'égide de Marionnettissimo, l'adaptation pour un public sourd d'Ubu sur la table voit le jour. En collaboration avec l'organisme C'est bon signe (œuvrant artistiquement auprès de la communauté sourde), la Pire Espèce intègre un troisième acteur-marionnettiste sourd à la distribution. Celui-là fait la traduction simultanée du texte et intervient de surcroit dans la trame du spectacle, en manipulant des objets ou en trahissant (comme tout bon traducteur) les intentions des auteurs selon son bon plaisir. De la rencontre scénique de ces deux cultures naissent des imbroglios et des situations dramatiques loufoques. Le spectacle s'adresse simultanément aux personnes sourdes et entendantes et permet ainsi la rencontre et l'échange entre les deux communautés.

adaptation, mise en scène et interprétation Olivier Ducas, Francis Monty, Laurent Valo éclairages Jonas Veroff Bouchard

adaptation, mise en scène et interprétation

Olivier Ducas

adaptation, mise en scène et interprétation

Francis Monty

adaptation, mise en scène et interprétation

Laurent Valo

« Un Ubu de cuisine, c'est peut-être pas nouveau, mais c'est forcément poilant. Un Ubu en langage des signes pour les sourds, c'est moins courant. Le tout ensemble, c'est ce que présente les compagnies [...], et les premiers à avoir vu la pièce (c'est une première mondiale à Charleville) en sont revenus requinqués, ragaillardis, rajeunis et reheureux de vivre. »
Mangepapier, Karagöz (France)

« Ubu persiste et signe, un vrai bonheur... »
G.G., L'Ardennais (France)

 

Depuis sa fondation en 1998, la Pire Espèce s’intéresse aux disciplines populaires traditionnelles du théâtre : marionnette, clown, cabaret, jeu masqué et théâtre de rue. C’est à partir de ces techniques que la compagnie a développé son style. Celui-ci est basé sur la recherche de l’efficacité, c’est-à-dire l’atteinte de l’effet maximal avec des ressources réduites. De la mécanique maniaque de Feydeau jusqu’à l’ingéniosité grotesque de Jarry, la Pire Espèce a toujours su allier art festif et précision chirurgicale, effervescence baroque et souci du détail. Dans ses productions, la Pire Espèce cherche à établir un rapport direct avec le public en évitant l’illusion théâtrale au profit d’une complicité avec le spectateur; pour que le théâtre soit un art de l’ici et maintenant.
 

THÉÂTROGRAPHIE PARTIELLE

  • Gestes impies et rites sacrés, cérémonie baroque en plusieurs tableaux de Mathieu Gosselin, Marc Mauduit et Francis Monty (2009)
  • Roland (La vérité du vainqueur) d’Olivier Ducas (2008)
  • M. Ratichon dans La vie est un match de Marc Mauduit (2005)
  • Léon le nul de Francis Monty (2005)
  • Persée d’Olivier Ducas, Mathieu Gosselin et Francis Monty (2005)
  • La tache / Un citoyen sous observation de Francis Monty (2004)
  • Traces de cloune de Francis Monty(2003)
  • Cabaret de la Pire Espèce de Catherine Hamann, Amélie Chérubin-Soulière, Caroline Gendron, Nadine Louis, Geneviève Maynard, Vincent-Guillaume Otis et Erwin Weche (2001)
  • Par les temps qui rouillent (1999)
  • Ubu sur la table d’après Ubu Roi d’Alfred Jarry (1998)
  • Le système Ribadier d’après Feydeau (1998)

ARCHIVES

Ubu sur la table
saison 05/06

Production

une création du Théâtre de la Pire Espèce