Vague de chaleur

de Louis Saïa et Lise Mauffette

d'après Last Exit to Brooklyn d'Hubert Selby Jr

 

une création du Théâtre d'Aujourd'hui

du 7 mai au 6 juin 1987


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

L'existence au quotidien d'un quartier. Existences explosées, violentes, existences sombres et dévoyées. Reflets noirs et impitoyables des comportements et des instincts les plus bas. Sans nous laisser le moindre répit, nous est livrée la vision cauchemardesque de l'autre facette du rêve américain. Une société où la violence est primaire et consacrée au rang d'habitudes récurrentes de pratiques quotidiennes, où l'amour se confond avec l'ivresse d'une sexualité bestiale et où la solitude invite la misère et inversement.

adaptation Lise Mauffette adaptation et mise en scène Louis Saïa interprétation Frédérike Bédard, Jean-Jacqui Boutet, Roger Léger, Serge Thériault, Marthe Turgeon, Pierre Verville scénographie Pierre Labonté costumes Suzanne Harel accessoires Diane Couture éclairages Michel Murphy musique originale Serge Fiori maquillages Marielle Lavoie perruques et coiffures Rachel Tremblay

adaptation

Lise Mauffette

adaptation et mise en scène

Louis Saïa

interprétation

Frédérike Bédard

interprétation

Jean-Jacqui Boutet

interprétation

Roger Léger

interprétation

Serge Thériault

interprétation

Marthe Turgeon

interprétation

Pierre Verville

J'avais lu le roman Last Exit to Brooklyn il y a de ça au moins quinze ans et la force de ses images, de ses personnages, me revenait souvent à la mémoire. Ce livre, écrit en 1957, a quelque chose d'étonnamment à l'avant-garde. Peut-être parce qu'il parle des petits, des « sans grade », de « ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques » comme disait Coluche. Mais ce qui m'avait le plus frappé dans ce roman, c'est qu'Hubert Selby Jr ne s'apitoie jamais sur eux. Tous ses personnages ont avant tout la rage de vivre. C'est cette rage de vivre que nous avons voulu dépeindre.

Louis Saïa

 

Je me suis attachée aux personnages de Vague de chaleur pour ce qu'ils ont de profondément humain, malgré les apparences. La nécessité de survivre dans un monde où toute forme d'amour est exclue, justifie parfois les pires excès. C'est avec un brin d'humour et beaucoup de tendresse que j'ai voulu décrire ce monde de mal-aimés trop souvent ignoré, où la réalité dépasse hélas la fiction.

Lise Mauffette

L'histoire de Vague de chaleur, c'est l'histoire d'un quartier et des êtres qui y vivent. Chaque scène nous présente un de ces êtres. Celui qui sert de lien est un clochard qui voit vivre ce petit monde. Ce personnage chantant amène une dimension onirique dans cette faune hyper-réaliste. C'est lui qui nous livre le monde intérieur des personnages de Vague de chaleur qui cachent leurs émotions au plus profond d'eux-mêmes. Notre travail a été de faire « transpirer » ces émotions sans les démontrer, en pleine vague de chaleur... De plus, dans ce monde de béton, l'humour survit comme un vieux pissenlit. Il y a dans le traitement des personnages un côté latin que nous avons fait ressortir un peu à la manière de Affreux, sales et méchants. L'humour, c'est la langue du désespoir.

Louis Saïa

Production

d'après Last Exit to Brooklyn d'Hubert Selby Jr

 

une création du Théâtre d'Aujourd'hui