La Terre est trop courte, Violette Leduc

de Jovette Marchessault

une production du Théâtre d'Aujourd'hui

Salle principale

du 13 novembre au 6 décembre 1992


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Pour Violette Leduc, femme laide, bâtarde, pleureuse chronique, assoiffée de luxe, voleuse à l'étalage, trafiquante durant l'Occupation, vestale des homosexuels littéraires, mendiante, humiliée, passionnée, le vampire est toujours à son poste. Le vampire qui l'ampute de sa chair, refuse ses manuscrits. Violette Leduc est écrivaine. Sa route croisera celle de Jean Genet, de Maurice Sachs, d'un mari castrant, d'un psychanalyste, de travestis, d'un racoleur. Sa route croisera celle de Clara Malraux, de Nathalie Sarraute et surtout de celle dont elle est affamée, qui l'encourage, Simone de Beauvoir. Violette Leduc écrira jusqu'à la fin car elle a fait le serment d'avoir la passion de l'impossible.

texte Jovette Marchessault mise en scène Martin Faucher interprétation Éric Cabana, René Gagnon, Monique Joly, Jacques Lavallée, Hélène Mercier, Christiane Proulx, Lise Roy assistance à la mise en scène et régie Ann-Marie Corbeil scénographie David Gaucher costumes Mérédith Caron éclairages Michel Beaulieu conception sonore Hélène Gagnon accessoires Nathalie Gingras coiffures Paps maquillages Jacques-Lee Pelletier

texte

Jovette Marchessault

mise en scène

Martin Faucher

interprétation

Éric Cabana

interprétation

René Gagnon

interprétation

Monique Joly

interprétation

Jacques Lavallée

interprétation

Hélène Mercier

interprétation

Christiane Proulx

interprétation

Lise Roy

Quand Violette Leduc parle, elle ne prend jamais de distance avec son coeur. Elle dit ce qu'elle est: une femme née usée jusqu'à la corde, qui va à sa fin en employant le reste de ses forces à crier qu'elle ne supporte pas le moindre contact humain négligent, indifférent. Elle connait d'instinct l'inimaginable immensité des relations humaines.
De tous ceux, de toutes celles qui tissent la trame de sa vie, les innocents comme les traitres, les faux témoins, les juges de la censure, elle va extraire toute la sève possible avec une écriture qui fait dresser l'oreille tant elle est libre, sans ligne, sans loi, sans laisser d'adresse, délicate et réelle comme son coeur. Violette Leduc est tel un arc-en-ciel sur fond de nuages noirs!

Jovette Marchessault

Jovette Marchessault a eu le courage d'écrire un personnage indécent: sans censure aucune, Violette Leduc nous livre crument ses émotions les plus intimes.
Violette Leduc m'a effrayé, Violette Leduc m'a griffé, Violette Leduc m'a mordu, mais Violette Leduc m'a aimé. Mon rôle dans cette aventure fut non pas de dompter la bête humaine qu'est cette femme aux douleurs infinies, mais bien de l'apprivoiser juste assez pour qu'elle puisse évoluer sur scène comme si elle était dans son habitat naturel, entre les enfers des passions humaines et le paradis toujours trop éphémère de l'imaginaire.
À force de la côtoyer, Violette Leduc m'a appris une chose essentielle: peu importe si l'on se considère chien galeux, peu importe si nos voisins nous semblent de superbes félins, il faut accepter de se réaliser pleinement et humblement afin que toujours triomphe l'être sur le paraitre.
Bonne soirée,

Martin Faucher

Production

une production du Théâtre d'Aujourd'hui