Cornemuse

de Larry Tremblay

une création du Théâtre d'Aujourd'hui et de Persona Théâtre

Salle principale

du 25 février au 15 mars 2003


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Deux adolescents superbes, Ana et Chris, se désirent, dansent, rendent l'amour dangereux. Au téléphone, Bobby, joueur de cornemuse, appelle à l'aide. Ana et Chris iront au bout de leur nuit.

texte Larry Tremblay mise en scène et musique Eric Jean interprétation David Boutin, Geneviève Martin musique et interprétation Alex Bellegarde, Philippe Brault assistance à la mise en scène et régie Stéphanie Capistran-Lalonde scénographie Magalie Amyot costumes Linda Brunelle éclairages Etienne Boucher chorégraphie Estelle Clareton maquillages Angelo Barsetti

texte

Larry Tremblay

mise en scène et musique

Eric Jean

interprétation

David Boutin

interprétation

Geneviève Martin

musique et interprétation

Alex Bellegarde

musique et interprétation

Philippe Brault

Ça corne.

Ça orne.

Ça use.

Ça muse.

Ça corne et muse.

Ça quoi ?

Ça cornemuse !

C’est le corps qui muse. C’est l’amour qui corne.

Ou vice-versa.

Mais c’est extrême. Comme dans sport extrême.

Amour extrême.

Amour vitesse.

Amour mangeur de passé.

Beauté en forme de fusée. Déjà partie.

Mais où ?

Dans l’œil encore ouvert.

Merci aux météores.

Les météores : Éric, Geneviève, David, Estelle, Alex, Philippe, Magalie, Étienne, Linda, Stéphanie.

Larry Tremblay

La vie n’est que le rêve d’un rêve et c’est autre part qu’on est éveillé.

J’adore cette phrase de Rilke qui décrit à merveille l’aventure théâtrale. 

Ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas.

Ce qui pourrait n’avoir l’air que d’un jeu.

Un jeu amoureux.

Un jeu de paroles, de regards, de silences, de gestes.

Cornemuse raconte l’histoire d’une rencontre entre un homme, Chris, et une femme, Ana.

Ana et Chris : différentes étapes d’une relation amoureuse enchaînées à une vitesse effrénée.

Ana et Chris : l’amour comme un sport extrême.

Ana et Chris : l’érotisme et le sacrifice.

J’ai imaginé qu’Ana rencontrait Chris dans une rave, qu’elle l’entraînait dans le métro, qu’elle forçait la porte du wagon entre deux stations et qu’elle l’invitait à découvrir un espace situé entre le rêve et la réalité. Un espace où la mort s’est déjà donnée en spectacle. Un espace où des fantômes errent en permanence…

Merci à Larry, Estelle, David, Geneviève, Philippe, Alex, Magalie, Stéphanie, Etienne, Linda et Mathieu.

Merci à René-Richard, Jacques, Gilles, Francis, Geneviève, Jo-Anne et toute l’équipe du Théâtre d’Aujourd’hui.

Merci à l’équipe de Persona.

Éric Jean

Production

une création du Théâtre d'Aujourd'hui et de Persona Théâtre