Les Hardings

d'Alexia Bürger

une création du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui

Salle principale

du 10 avril au 5 mai 2018


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Un cheminot québécois, un assureur américain et un auteur à succès britannique portent le même nom : Thomas Harding. En apparence, ils n'ont rien d'autre en commun. Jusqu’au 6 juillet 2013. Cette nuit-là, un train qui déraille fait exploser une ville. Apparaitront alors au grand jour les rails invisibles qui relient leurs existences et les attachent les unes aux autres.

Les Hardings est la deuxième création d’Alexia Bürger dans le cadre de son programme d’artiste associée au CTD’A. Inspirée par la matière documentaire d‘existences marginales ou ordinaires bien réelles, elle élabore des fictions qui questionnent le conformisme et la part de responsabilité des individus face au dérèglement du monde.

Les Hardings s’inspire librement des existences réelles de 3 Thomas Harding. Leur rencontre est cependant une fiction, tous les propos tenus sur scène sont donc de la seule responsabilité de l'auteure et ne peuvent leur être imputés.

texte et mise en scène Alexia Bürger interprétation Martin Drainville, Patrice Dubois, Bruno Marcil assistance à la mise en scène et régie Stéphanie Capistran-Lalonde décor Simon Guilbault costumes Elen Ewing éclairages et vidéo Mathieu Roy musique originale Nicolas Basque, Philippe Brault maquillages et coiffures Sylvie Rolland-Provost conseil dramaturgique Fanny Britt conseil au mouvement Catherine Tardif

texte et mise en scène

Alexia Bürger

interprétation

Martin Drainville

interprétation

Patrice Dubois

interprétation

Bruno Marcil

assistance à la mise en scène et régie

Stéphanie Capistran-Lalonde

décor

Simon Guilbault

costumes

Elen Ewing

éclairages et vidéo

Mathieu Roy

musique originale

Nicolas Basque

musique originale

Philippe Brault

maquillages et coiffures

Sylvie Rolland-Provost

conseil dramaturgique

Fanny Britt

conseil au mouvement

Catherine Tardif

Tout a commencé par le visage d’un conducteur de train aperçu à la télé en juillet 2013, parmi les images des décombres de la municipalité de Lac-Mégantic qui venait d’exploser.

Le visage du conducteur du train s’est accroché à moi et avec lui, un sentiment étrange de devoir porter une part de sa responsabilité dans la séquence des événements ayant mené à cette tragédie collective.

J’ai tapé le nom du conducteur sur mon clavier : Thomas Harding.
Le moteur de recherche en a trouvé des tonnes.
Je me suis demandé ce que ces Harding partagaient entre eux, à part un nom.  

J’ai voulu se faire rencontrer, par la fiction, les existences bien réelles du conducteur du train et de deux de ses homonymes : un auteur britannique et un assureur americain.

Je pensais qu’en entremêlant les histoires de ces trois hommes, leurs vies allaient s’éclairer un peu les unes et les autres. Tranquillement (presque, malgré-moi), c’est avec ma propre histoire qu’elles se sont mises à dialoguer.

Ils m’ont parlé de la difficulté de porter mes semblables (les morts et les vivants), de l’atrophie de ma propre vigilance, du poids de ma culpabilité et de la valeur statistique d’une vie humaine. Ils m’ont surtout donné envie de trouver la force qu’il faut pour descendre des trains en marche qui ne mènent nulle part. Et de ceux qui nous conduisent à notre perte.

J’espère que ce soir leurs histoires s’auront s’adresser aussi à la vôtre.

Merci à Stéphanie, Bruno, Martin, Patrice, Elen, Mathieu, Simon, Fanny, Nicolas et Philippe de m’avoir suivi avec tant d’implication, de sensibilité, de franchise et avec cet indicible talent, tout au long de ce vertigineux processus de création.

Merci à Sylvain et Etienne pour la présence, la confiance, la liberté et le dialogue sans lesquels ce spectacle n’aurait pu voir le jour. Merci à Annie, Jeremi, Émilie, Marion, Johanne, André et à toute l’équipe du CTDA pour les regards si justes et si précieux et l’ensemble de votre œuvre.

Merci à Maître Walsh pour les conversations si éclairantes (et les train songs), à Bruce Campbell, Isabelle Mandalian, Anaïs Valiquette L'Heureux et Gilles Fluet (et aux membres de la Coalition des citoyens engagés pour une sécurité ferroviaire) pour les conversations inspirantes.

Ce spectacle est dédié aux survivants de la tragédie de Lac-Mégantic.

Note :
Si beaucoup des événements qui composent la trame du spectacle que vous verrez ce soir sont empruntés à des existences bien réelles, leur rencontre est fictive. Je porte donc l’entière responsabilité des propos et points de vue qu’ils tiendront sur cette scène.

Alexia Bürger

« S’il est une fonction clé du théâtre, une action que seuls les meilleurs spectacles, ceux qui sont pour ainsi dire touchés par la grâce, parviennent à accomplir, c’est bien la médiation. Quand la scène sert d’entremise entre les idées et les parties, les termes et les êtres, quand elle agit comme intermédiaire, comme point d’orgue, moins pour arriver à un accord que pour générer des interactions inédites, donner à voir une réalité sous des angles différents, on sait alors qu’on a affaire au travail d’une artiste authentique, une créatrice dont l’intelligence n’a d’égal que la sensibilité. »
Christian Saint-Pierre, Le Devoir

« La pièce d’Alexia Bürger, Les Hardings, clôt de façon magistrale la saison dans la grande salle du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. »
Mario Cloutier, La Presse +

« C'est réussi grâce à une mise en scène rythmée, c'est un excellent spectacle. » 
Évelyne Charuest, Le 15-18, ICI Radio-Canada

« L’intérêt de cette œuvre mélangeant le réel et l’imaginaire tient avant tout au dialogue entre ces hommes partageant le même nom, une excellente idée d’Alexia Bürger qui assure également une mise en scène impeccable. »
Emmanuelle Martinez, Le Journal de Montréal

« Du grand théâtre! On est bouleversé par cette pièce, mais on garde une distance qui m'a semblé salutaire, ne noyant pas ainsi notre capacité d'analyse ou notre sens critique. »
Marie-Claire Girard, HuffPost Québec 

« Alexia Bürger offre un objet critique d’une splendeur sur le plan de la forme, et d’une richesse sur le plan de la réflexion et de la pensée critique. »
Édith Malo, Les Méconnus

« C’est une pièce composite ingénieuse qui aborde avec intelligence et poésie – les train songs fredonnés en chœur par les trois Harding sont superbes –, la place de l’individu et sa part de pouvoir dans la grande marche du destin collectif. »
Léa Arthémise, Atuvu.ca

« En ce qui a trait à la conception sonore, le public a droit à une surprise totale. Nicolas Basque et Philippe Brault se sont évertués à trouver une trame qui puisse s’accorder aux voix du trio afin de permettre de petites harmonies vocales à l’occasion. »
Alexanne Roy, MonTheatre.qc.ca

« Il faut voir Les Hardings, une pièce qui fait réfléchir, qui écarte les œillères, qui humanise. »
Yanik Comeau, Zone Théâtre

« Ces trois Thomas Hardings brillamment interprétés par Patrice Dubois, Bruno Marcil et le savoureux Martin Drainville nous confrontent dans notre rapport à la vérité et au bonheur. »
Jordan Dupuis, Quartier Général

« Brillante Alexia Bürger » 
Pierre-Alexandre Buisson, Blible Urbaine

« Avec Les Hardings, le Théâtre d’Aujourd’hui n’offre pas une pièce, mais UNE pièce. Voici quelques jours que je suis allée la voir et elle m’habite encore. Je ne peux que souhaiter longue vie à cette pièce. »
Valérie Garrigue, Dario Bivona Blog

« Dans un décor métallique bien construit, composé de rails de chemin de fer, signé Simon Guilbeault, les trois excellents comédiens interprètent avec force le texte bien écrit et efficace d’Alexia Bürger. »
Micheline Rouette, ARP Média

« Le décor est digne d’une tragédie grecque, simple, grandiose, ouvert à toutes les possibilités, intemporel et en même temps épousant des formes qui se rapportent aux temps d’aujourd’hui, entre leur simplicité et leurs incertitudes, accessibles et en même temps inquiétants. »
Élie Castiel, Revue Séquences

« C’est extrêmement bien écrit et la mise en scène est super. Le jeu des acteurs était excellent et j’y ai découvert un Bruno Marcil d’une sensibilité étonnante. » 
Josianne Stratis, Ton petit look

Vidéo

#Chansondetrainduvendredi : Morning Train par les comédiens!

Depuis quelques semaines, on vous offre chaque vendredi une chanson ayant inspiré la musique des Hardings d’Alexia Bürger. Aujourd'hui, on vous offre ce petit cadeau capté en salle de répétition alors que les comédiens Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil interprètent la chanson traditionnelle Morning Train!

Vidéo

La bande annonce des Hardings d'Alexia Bürger!

Découvrez les images des Hardings d'Alexia Bürger qui clot en beauté la saison 17/18 à la salle principale!

Critiques

Publié le 16/04/18

Les Hardings d'Alexia Bürger

« La pièce d’Alexia Bürger, Les Hardings, clôt de façon magistrale la saison dans la grande salle du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Très bien écrit et construit, le texte commence à rouler lentement, comme une locomotive, puis, de plus en plus vite. Il entremêle les dialogues et les trialogues, entre le léger et le grave, la réalité des personnages et celle, en prise directe, des acteurs. »

Mario Cloutier, La Presse +

Médias

Publié le 16/04/18

Touchante rencontre avec des Méganticois pour l'équipe des Hardings

Moments très touchants après la représentation des Hardings. Alexia Bürger et les 3 comédiens ont longuement échangé avec un groupe de Méganticois venu spécialement pour l'occasion : des membres de la coalition pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, des avocats, un toxicologue, etc. Merci à tous pour ce bel échange et ce beau moment. 

Médias

Publié le 10/04/18

Alexia Bürger en entrevue dans La Presse

Genèse du projet, démarche d'écriture mêlant documentaire et fiction, rapport à Lac-Mégantic, apprenez-en plus sur ce qui a nourri la création des Hardings

Album

Publié le 09/04/18

Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil incarnent 3 Thomas Harding dans la nouvelle création d'Alexia Bürger!

Médias

Publié le 09/04/18

Alexia Bürger en entrevue dans Le Devoir!

L'auteure et metteure en scène des Hardings revient sur la création du spectacle, sur sa démarche mêlant recherche documentaire et fiction et sur son rapport aux questions de responsabilité. 

Album

Publié le 01/03/18

Alexia Bürger s'est installée en salle de répétition avec ses 3 Thomas Harding : Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil! Découvrez la très belle série de photos signée Valérie Remise.

Album

Publié le 09/02/18

Découvrez la superbe affiche des Hardings, nouvelle création d'Alexia Bürger, artiste associée au CTD'A! Portée par Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil, la pièce prendra l'affiche en avril!

Médias

Publié le 09/01/18

Alexia Bürger, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, artistes à surveiller pour Les Méconnus!

Notre artiste associée Alexia Bürger signera en avril Les Hardings, dans lequel elle met en scène Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent quant à elles, entameront leur résidence à la salle Jean-Claude-Germain en mars avec Chienne(s)!

3900

Publié le 21/08/17

À qui la faute ?

Individu? Entreprise? État? Qui est responsable? Alors que les spectacles Nyotaimori et Les Hardings s'intéressent à ces questions, débuts de réponses avec une spécialiste de la question.

Extrait

Publié le 04/08/17 Les Hardings d'Alexia Bürger

« Mets un cure-dents dans tes criss de petits yeux qui tombent pis regarde la vérité en face madame.
Pour être un fardeau faudrait que t’ailles encore un poids dans la balance du monde.
Toi tu pèses rien pantoute, même avec 47  livres en trop
Tu te fais appeler Sénior - tu te fais appeler avec un nom de chien pis ça t’insulte, ça te fait sentir comme du bétail - mais dans tes rêves du bétail senior, madame, in your wildest dreams du bétail
La vérité toute crue pas d’vernis sauvage 
C’est que le cul d’un cochon a plus de valeur que tes soixante-douze ans d’existence sur la terre
Parce qu’avec un cochon même un vieux  
on peut faire du bacon. »

Nouvelle

Publié le 09/05/17

Les Hardings, deuxième création d'Alexia Bürger, artiste associée au CTD'A!

Après Alfred en 13/14, découvrez la deuxième création d'Alexia Bürger dans le cadre de son programme d'artiste associée au CTD'A!. Les Hardings, mettant en scène Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil raconte trois histoires de trois personnages portant le même nom. 

3900

Publié le 30/11/-1

Inspirations : Made in Quebec par Kim Waldron

Pour son fascinant projet Made in Québec, l’artiste visuelle Kim Waldron a inversé le rapport de force habituel et s’est mise à la disposition des travailleurs chinois. Un questionnement sur le travail et la responsabilité de l'Occident abordé par les spectacles Nyotaimori et Les Hardings

DURÉE

1 h 30 environ sans entracte

RELATIONS DE PRESSE

Production

une création du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui