Neuf [titre provisoire]

de Mani Soleymanlou

une création du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et d'Orange Noyée

Salle principale

du 25 septembre au 20 octobre 2018


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

À l’enterrement d’un de leurs amis et collègues, un groupe d’acteurs et d’actrices se souvient, se confie, s’interroge, se tait, s’engueule, s’échappe, dérape. Ils et elles mettent de côté les nombreux personnages de leurs carrières et sont invités ici à se livrer et échanger sur ce qui les fait rager, les enthousiasme, les étonne ou continue de les désespérer.

Reprenant son procédé d’écriture en répétition et en pleine complicité avec ses interprètes, l’auteur et metteur en scène Mani Soleymanlou se joue des codes scéniques et dramaturgiques avec humour et intelligence. Quatre ans après le succès de Trois, il remet en question les fondements et les défis de nos identités parallèles et collectives.

texte et mise en scène Mani Soleymanlou interprétation et collaboration au texte Henri Chassé, Pierre Lebeau, Marc Messier, Mireille Métellus, Monique Spaziani assistance à la mise en scène et régie Jean Gaudreau éclairages Erwann Bernard costumes Cynthia St-Gelais conception sonore Larsen Lupin scripte Sophie Gemme, Béatrice Gingras, Rose Normandin direction de production Catherine La Frenière direction technique Jenny Huot secrétaire général d'orange noyée Xavier Inchauspé

texte et mise en scène

Mani Soleymanlou

interprétation et collaboration au texte

Henri Chassé

interprétation et collaboration au texte

Pierre Lebeau

interprétation et collaboration au texte

Marc Messier

interprétation et collaboration au texte

Mireille Métellus

interprétation et collaboration au texte

Monique Spaziani

assistance à la mise en scène et régie

Jean Gaudreau

éclairages

Erwann Bernard

costumes

Cynthia St-Gelais

conception sonore

Larsen Lupin

direction de production

Catherine La Frenière

direction technique

Jenny Huot

secrétaire général d'Orange Noyée

Xavier Inchauspé

J’entends les derniers battements de mon cœur
Je l’entends ralentir
Chaque coup résonne pour la dernière fois
Chaque battement est le dernier de sa race
Chaque pulsation révèle une erreur commise
Une occasion ratée 
Une pensée fragile
Une phrase retenue
Un mot omis
Une virgule de trop
Un regard incomplet

Je n’ai jamais su en quelle langue je rêve
Je n’ai jamais su en quelle couleur je rêve
Je n’ai jamais su qui était tout ces gens qui se promenaient dans mes rêves
Je n’ai jamais su si je rêvais pendant trois minutes
Une heure
Deux secondes ou
Sans arrêt
Je n’ai jamais su si notre vie était parsemée de rêves
Ou si nos rêves étaient constamment interrompus par la vie

J’entends les derniers battements de mon cœur
Je l’entends ralentir
Chaque coup résonne pour la dernière fois
Chaque battement est le dernier de sa race
Un dernier coup et la mort plantera ses racines dans le corps du vivant
À l’épicentre du Rien

Hey boy! C’est dont ben intense…
Bon spectacle quand même!

Mani Soleymanlou

« Une authenticité qui ne se voit pas souvent dans le milieu culturel. [...] Allez-y, ne serait-ce que pour voir la grande complicité des comédiens qui sont excellents. »
Catherine Brisson, 98,5 fm 

« J'ai beaucoup aimé cette pièce, j'ai beaucoup ri, j'ai pleuré. Je trouve que c'est une parole nécessaire et que l'on n'entend pas assez. » 
Noémie Mercier, Pas tous en même temps, ICI Radio-Canada

« En constatant la réaction du public qui rit à répétitions, l’humour omniprésent fait mouche. Des mots d’esprit succulents sur le Québec, la culture populaire, l’actualité ou le passé réel des comédiens ponctuent cette pièce. »
Emmanuel Martinez, TVA Nouvelles

« Si le thème semble un peu sombre, l’humour et l’autodérision sont bien présents – disons-le, on rit franchement et souvent. »
Marie Pâris, Voir

« L’humour, dans le texte, est omniprésent et salvateur. »
Pierre-Alexandre Buisson, Bible Urbaine

« Neuf [titre provisoire] ne surprendra pas les habitués de ce style théâtral: on rit, on réfléchit, on grince des dents. Devant le public, les interprètes semblent injecter une bonne dose d’eux-mêmes dans leur texte, dans leur manière d’agir. L’expérience a des allures de catharsis, de libération jouissive. »
Hugo Prévost, pieuvre.ca

« Avec autant de points de vue singuliers, l’habileté avec laquelle Soleymanlou réussit à tout consolider pour en faire un texte fluide est toujours aussi remarquable. »
Alexane Roy, Montheatre.ca

« Ne craignant pas l’autodérision et y allant allégrement, les comédiens-coauteurs se livrent corps [...] et âme dans une partition à la fois drôle et touchante, pertinente et irrévérencieuse, finement écrite et structurée qui laisse néanmoins ce qui semble être une belle place à l’improvisation. »
Yanik Comeau, Zone Culture

« Pour avoir beaucoup ri, j’ai aussi beaucoup appris de cette œuvre qui parle de la politique et de la mort, et qui soutient de manière subtile et brillante celles et ceux qui osent encore dire que le théâtre, d’une certaine manière, c’est la vie. »
Béatrice Malleret, Le délit français

« Quelque chose se passe, Mani Soleymanlou est loin d’être immobile. Son regard est mouvant et il est à la recherche de cette mouvance dans la forme. On a hâte de voir la nouvelle voie qu’il décidera d’emprunter, et avec l’intelligence qu’on lui connait, on est prêt à le suivre pour un nouveau cycle. »
Rose Carine Henriquez, Nevros'Arts

« Il y avait un moment que je n’avais pas tant ri au théâtre. Pierre Lebeau, Marc Messier, Monique Spaziani, Henri Chassé et Mireille Métellus qui ont participé à l’écriture de Neuf [titre provisoire] en compagnie de Mani Soleymanlou, y nagent comme des poissons dans l’eau. Quel plaisir à voir et à entendre. Ils sont tout simplement fabuleux! »
Marie-Anne Poggi, Les irrésistibles de Marie-Anne

« Le texte est teinté d’anecdotes personnelles, d’introspection, de délires. On rit beaucoup mais on  réfléchit, on se questionne et on sort enivré par cette magie qui ne s’opère qu’au théâtre. [...] Une pièce à voir et à revoir! »
Tan Bélanger, ARP Média

« C’est drôle et émouvant. Le rire est au rendez-vous et s’esclaffer autant devant un cercueil est un brin troublant et ironique pour les spectateurs. »
Martine Robergeau, Mazrou

« Les acteurs jouent tous avec justesse et l’ensemble de la pièce vous fera sourire. Et ce, que vous soyez un baby-boomer ou pas. »
Mylène Gagnon, La Journaliste

« Le spectateur passe de moments de réflexion à des moments plus légers. Le tout est bien ficelé, car le rythme est maintenu et l’énergie sur scène intéressante. L’émotion a aussi sa part de jeu. »
Red Lips Talk

Orange Noyée est née d’un cri, profondément enfoui en moi et dont je ne soupçonnais pas vraiment l’existence. Un cri qui a surgit en 2011 et devint mon premier spectacle solo : UN.

Je suis né en Iran le 17 janvier 1982, à l’aube de la révolution islamique et en pleine guerre entre l’Iran et l’Irak. Comme plusieurs millions d’Iraniens et Iraniennes, une partie de ma famille a fui le pays. Une fuite vers la France, puis vers le Québec en passant par Toronto et Ottawa. Cet exil, cette fuite, est à la source d’Orange Noyée et colore la réflexion et la théâtralité de toutes nos créations passées et à venir.

UN a pris forme au moment où mon pays de naissance se soulevait, où par centaines de milliers, des jeunes Iraniens et Iraniennes revendiquaient dans les rues de Téhéran leur droit d’exister. Moi, de loin, confortablement installé à Montréal, je voyais ceux et celles à qui j’étais constamment comparé sortir dans la rue et se battre pour leur pays, le même qui m’a vu naitre. Et je les voyais subir la répression : gaz lacrymogènes, emprisonnements, coups de fouet, lapidations, pendaisons. Ce fut un réveil brutal. Alors que je questionnais ce qui faisait de moi encore un Iranien, j’étais témoin d’une jeunesse iranienne qui n’a pas eu la chance, ou le malheur, de quitter l’Iran au moment de la guerre et de la révolution, se battre au sang, à la mort, pour son pays. Cette urgence de donner voix à cette jeunesse, qui aujourd’hui peuple l’Iran à 70%, m’est apparue comme un devoir.  

UN a été créé et présenté plus de 150 fois en français et en anglais dans le monde. Orange Noyée était né.

C’est un seul et même questionnement qui m’habite depuis UN. Ce questionnement est la tentative constamment renouvelée de retracer l’invisible fil rouge qui lie nos identités à leur construction et leur évolution dans nos actes et nos paroles. Sommes-nous ce que nous disons? Ce que nous faisons? Ce que les autres projettent en nous? Que veut dire être né quelque part? Comment se forge l’identité qu’elle soit individuelle, communautaire ou sexuée? Où finit notre liberté et où débutent les construits sociaux?

En travaillant de nouvelles formes d‘écriture collective et en développant une démarche intimiste, quasi documentaire, nous souhaitons que les interprètes jouent un rôle de premier plan dans la création. Tout peut donc être dit sans retenue, sans filtre, afin de jouer avec les codes, troubler la frontière entre émetteur et récepteur. Pour développer ainsi un espace de partage et un théâtre qui se veut engageant, avant même d‘être engagé. 

Mani Soleymanlou
 

THÉÂTROGRAPHIE

  • À te regarder ils s'habitueront (2017)
  • Huit (2017)
  • Trois en France (2017)
  • Les lettres arabes 2 (2016)
  • Cinq à sept (2015)
  • Ils étaient quatre (2015)
  • Trois (2014)
  • Deux (2013)
  • Lapin blanc, lapin rouge (2012)
  • Un (2011) 

Vidéo

Neuf [titre provisoire] de Mani Soleymanlou

Après Un, Deux, Trois, Ils étaient quatre, Cinq à sept et Huit, Mani Soleymanlou nous livre Neuf [titre provisoire] avec Henri Chassé, Pierre Lebeau, Marc Messier, Mireille Métellus et Monique Spaziani. 

Critiques

Publié le 05/10/18

Neuf [titre provisoire] de Mani Soleymanlou

« Une authenticité qui ne se voit pas souvent dans le milieu culturel. [...] Allez-y, ne serait-ce que pour voir la grande complicité des comédiens qui sont excellents. »

Catherine Brisson, 98,5 fm 

Médias

Publié le 02/10/18

Pas tous en même temps parle de Neuf [titre provisoire]

Une excellente discussion très fournie sur Neuf [titre provisoire] et ses thématiques à Pas tous en même temps dimanche dernier. À écouter!  

Médias

Publié le 28/09/18

Neuf [titre provisoire] au Téléjournal de Radio-Canada!

Au programme de ce segment : extraits du spectacle et entrevues avec Marc Messier et Mani Soleymanlou. À écouter pour en savoir plus sur le spectacle!

Album

Publié le 26/09/18

Découvrez les 5 fabuleux interprètes dirigés par l'auteur et metteur en scène Mani Soleymanlou!

Médias

Publié le 24/09/18

Mani Soleymanlou et sa distribution dans La Presse +

Du beau monde dans La Presse+ aujourd'hui : Mani Soleymanlou, Henri Chassé, Pierre Lebeau, Marc Messier, Mireille Métellus et Monique Spaziani réunis pour parler de la création de Neuf [titre provisoire]!

Nouvelle

Publié le 19/09/18

Orange Noyée de retour au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui

La semaine prochaine c'est la première de Neuf [titre provisoire]. Après Trois, présenté en 2015 dans nos murs, nous sommes très heureux d'accueillir pour la deuxième fois Orange Noyée. À chaque fois c'est un grand plaisir!

Album

Publié le 30/08/18

Toute l'équipe de Neuf [titre provisoire] de Mani Soleymanlou est en salle de répétition! À moins d'un mois de la première, Henri Chassé, Pierre Lebeau, Marc Messier, Mireille Métellus et Monique Spaziani n'ont pas l'air de s'ennuyer!

3900

Publié le 21/08/18

Ce vide

Quatre ans après sa trilogie Un-Deux-Trois présentée sur notre scène, l’auteur et metteur en scène Mani Soleymanlou nous revient avec Neuf [titre provisoire] pour ouvrir la saison du 50e à la salle principale. Xavier Inchauspé, secrétaire général d’Orange Noyée et collaborateur de longue date du magazine, nous parle de la genèse du projet et suit Mani lors des premières rencontres de création avec les interprètes.

Extrait

Publié le 17/08/18

Neuf [titre provisoire] de Mani Soleymanlou

"Les plus jeunes nous demandent si on bande encore à 70 ans. Je pense que tu bandes toute ta vie, si t’es pas trop pressé et bien entouré."

Extrait

Publié le 17/08/18

Neuf [titre provisoire] de Mani Soleymanlou

"Il y a des gens qui vieillissent mal, mais au bout du compte, on va tous à la même place. On fait juste faire chier les autres un peu plus."

Album

Publié le 14/08/18

Pierre Lebeau, Mireille Métellus et Marc Messier se sont prêtés au jeu de la séance photos pour les visuels de la saison 18/19! La distribution du spectacle est complétée par Monique Spaziani et Henri Chassé.

DURÉE

1 h 50 sans entracte

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
Valérie Grig
(514) 759-0494

Commniqué de presse
Dossier de presse

Production

une création du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et d'Orange Noyée

Orange Noyée a bénéficié du soutien du Théâtre Aux Écuries pour cette création.