Nicolas Pirti-Duplessis

 

PIÈCES

Aalaapi | ᐋᓛᐱ

Saison 18-19 (Traduction)

Nicolas Pirti-Duplessis

BIOGRAPHIE

Nicolas a grandit à Akulivik, au Nord de la baie d'Hudson. Depuis l'enfance, il évolue dans une milieu trilingue avec ses parents enseignants, parlant en inuktitut avec sa mère, en français avec son père, en anglais entre eux. Rapidement il apprendra la guitare et développa un grand intérêt pour la musique. En 2009 il déménage à Montréal pour aller au collège et s'y installe pour travailler et poursuivre ses rêves de musique. Aujourd'hui auteur-compositeur-interprète, Nicolas travaille dans le milieu culturel Inuit dans la métropole et offre ses services de traduction.

Mise à jour 2019-01-07

AUTRES CONTENUS

Nouvelle

Publié le 29/05/19

Le collectif Aalaapi, lauréat du PAD (Prix auteur/autrice dramatique 18/19!

Le coup de coeur du public de la 50e saison du CTD’A va au collectif à l’origine du magnifique projet Aalaapi | ᐋᓛᐱ ! À partir du documentaire dans lequel se racontent 5 jeunes femmes du Nord, l’équipe a présenté un spectacle de théâtre singulier, une forme inédite d’une grande beauté qui a transporté le public bien au-delà des murs de la salle Jean-Claude-Germain! Un immense bravo au collectif ainsi qu’à toute l’équipe de création!

Extrait

Publié le 20/01/19 Aalaapi | ᐋᓛᐱ du Collectif Aalaapi

« Je suis fière de pouvoir parler Inuktitut. De l’écrire, de le lire. »
  
« I’m proud to be able to speak Inuktitut. To write it, read it. »
  
« ᐅᐱᒍᓱᑐᖓ ᐃᓄᑦᑎᑐᑦ ᐅᖄᒍᓐᓇᕆᐊᒃ. ᐊᓪᓚᕆᐊᖓ, ᐊᑐᐊᕐᓯᕆᐊᒃ. ᐅᖃᐅᓰᑦ »

Extrait

Publié le 21/12/18

Aalaapi | ᐋᓛᐱ du Collectif Aalaapi

« I wanna be free like in the world. But no time; it’s no time for free. »
   
« Je veux être libre dans le monde. Mais ce n'est pas le temps, pas le temps d'être libre.  »

Album

Publié le 04/12/18

Une partie du collectif Aalaapi a pris la pose pour les visuels de la saison 18/19!

Nouvelle

Publié le 10/05/18

Pourquoi ce titre Aalaapi?

En Inuktitut, Aalaapi pourrait se traduire par « faire silence pour entendre quelque chose de beau ». Le spectacle invite des jeunes femmes originaires du Nunavik à jouer avec les micros de Magnéto et livre une réflexion sur la valeur de la parole et du silence.